La Rafle

Publié le par Marguerite

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/70/61/48/19242914.jpgLa Rafle, de Roselyne Bosch 

Des longueurs, des acteurs qui jouent mal (à part Elmaleh et Testud), une BO pas toujours au top, mais un sacré putain de devoir de mémoire... C'est vrai, comme disent les critiques, ce film est didactique. Alors ce n'est peut-être pas une oeuvre artistique. On ne l'étudiera sans doute pas dans les écoles de cinéma, mais, dans les écoles tout court, y a des chances. Ou un cours d'histoire en 1h55. Ce film n'est pas une oeuvre artistique, c'est une oeuvre engagée. Pour qu'on sache.

Et puis c'est émouvant. Pas tout le temps non plus. Marguerite s'attendait à ce que ça tire beaucoup plus sur la corde sensible, mais ça va, c'est décent.

La scène finale au Lutétia est assez poignante, dans sa reconstitution. 

Bon, sinon, ça y est, Mélanie Laurent exaspère Marguerite au plus haut point. Elle l'avait déjà gonflée dans le Tarantino, Marguerite l'avait excusée dans le Mihaileanu, mais là c'est plus possible. Cette fille joue pour la caméra. Elle en fait des tonnes (alors que, dans ce film, franchement, euh, c'est bon, pas besoin...). Marguerite plaint ses partenaires qui doivent bien galérer pour lui donner la réplique. Reno, on se demande juste ce qu'il fait là (Léon ? C'est toi, Léon ?).

Finalement, les bons acteurs, dans le film, sont les enfants et tous les petits rôles de méchants (de Laval au petit brigadier). Avec une mention spéciale pour Nicolas Merlin, qui joue un beau salaud.

 Ce n'est peut-être pas un grand film, mais ça trotte dans la tête...

 

Commenter cet article