Les Femmes savantes

Publié le par Marguerite

 http://www.theatredeparis.com/images/catalogue/id_1/images/174_femmes_G.jpg Les Femmes savantes de Molière raconte un épisode de l'histoire de la condition des femmes. Ces femmes savantes sont peut-être précieuses et ridicules, mais elles s'efforcent avant tout (peut-être maladroitement mais pour leur propre malheur dans ce cas) de transformer la société. Ce n'est pas une tâche facile et Molière nous en montre les excès, les difficultés, les écueils, les risques. Le parti-pris de la mise en scène d'Arnaud Denis souligne, dans cette comédie qui fait avant tout rire, le paradoxe du sort réservé à ces femmes qui ont été les initiatrices d'un changement. On rit à gorge déployée pendant toute la pièce aux dépens de ses "femmes savantes". Non pas parce que ces femmes osent prétendre à l'éducation, mais parce que, comme par un fait exprès trop souvent répété, elles se font encore avoir par des hommes. On rit. Et la fin laisse comme un goût d'amertume. Marguerite a soudain eu envie de les remercier, ces femmes qui, d'accord, se sont trompées, mais qui ont ouvert une voie. 

Le jeu est enlevé et donne l'impression que les dialogues ont été écrits il n'y a pas bien longtemps. Les vers se font entendre sans appesantir les discours et sonnent avec rythme. Marguerite a été séduite par la mise en scène qui semble toujours être un mélange entre tradition et modernité. Mention à Jean-Pierre Leroux, fidèle comédien de la compagnie. On rit, même si l'accent mis sur le personnage d'Armande laisse percevoir la singularité des comédies de Molière. À la connaissance et au respect du texte s'allient énergie, caractère et parti pris. C'est un style que Marguerite reconnait à chacune des mises en scènes de la compagnie des Compagnons de la Chimère. On peut dire en sortant que le théâtre est bien vivant. 

Récompensée par le Prix Brigadier attribué à Arnaud Denis pour sa mise en scène au Théâtre 14, la pièce poursuit sa route au Petit Théâtre de Paris

Commenter cet article