Les Mains en l'air

Publié le par Marguerite

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/77/77/87/19446041.jpgLes Mains en l'air, de Romain Goupil.

Marguerite a adoré.

Le réalisateur choisit de traiter des expulsions de sans-papiers à travers le regard des enfants.

On pourrait croire au énième film d'un réalisateur engagé politiquement, qui ferait même tourner la belle-soeur du chef d'état pour donner dans le subversif. Mais le propos n'est pas là. 

Milana, Basile, Alice, Claudio, Ali et Youssef forment une jolie bande de gamins drôlement débrouillards. Une nuit, l'un d'entre eux est expulsé avec sa famille. Les enfants prennent alors conscience que Milana aussi est menacée. Ils décident de tout faire pour empêcher leur séparation. Tout, pour un enfant, c'est très simple et il n'y a pas à tergiverser. Alors, pendant que les grands, les parents, les adultes se prennent la tête, les enfants agissent. 

Et le film devient une histoire d'enfance. Marguerite se demande si ce n'est pas encore plus engagé qu'un film politique. Pourquoi ? Parce que le spectateur se prend en pleine face un monde dont il est exclu depuis longtemps et dans lequel il ne retournera jamais. Les Mains en l'air n'est pas un film pour enfants. C'est bien aux adultes qu'il s'adresse, comme un pied de nez. Les parents qui croient que leurs enfants ne leur mentent jamais, qu'ils connaissent leurs enfants par coeur, que leurs enfants sont de petits anges, que leurs chères têtes blondes seraient incapables de faire telle ou telle bêtise... risquent peut-être de ne pas apprécier. Les Mains en l'air est un film sur la puissance de l'enfance, cet univers sans compromis, sans conciliation, cet univers qui n'accepte pas les "peut-être". 

Mention toute particulière à Valeria Bruni-Tedeschi, actrice magnifique d'intensité, qui incarne une mère concernée, mais dépassée, investie et impuissante, à laquelle Romain Goupil lui-même donne la réplique. 

Les Mains en l'air est une très belle histoire. Les sentiments y sont forts, tranchants, éclatants de franchise. On y vit des moments intenses. Ces moments qui forgent toute une vie. 

Ou un film qui, l'air de rien, ou plutôt sur celui d'une ritournelle d'école primaire, emporte soudainement le spectateur dans un monde pétillant, malicieux et malin, violent et grave.

Poignant. Sublime. 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Zorane 15/06/2010 19:31


Très joli billet qui donne vraiment envie de voir ce film!