Tête de Turc

Publié le par Marguerite

http://img.over-blog.com/225x300/0/07/66/29/ma-vie-en-films/affiche-tete-de-turc.jpgTête de Turc, de Pascal Elbé. TRÈS bon film. Une vraie réalisation (et pas juste un trip d'acteur). Chaque plan est travaillé, rien n'est laissé au hasard. On sent que ce film a eu une longue gestation et qu'il n'a pas été fait à la va-vite. 
Chapeau au Chef Op', Jean-François Hensgens pour ne pas le nommer (Marguerite veut le même !). Dès les premiers plans, Marguerite a fondu pour la photographie. Un travail sur la lumière, sur les blancs, sur le contraste, qui lui a beaucoup plu. On plonge tout de suite dans une atmosphère et, surtout, le travail de l'image ne masque pas le côté glauque de l'histoire ou de l'endroit. Seulement, le rendu triste et morne de la banlieue n'est pas confié à l'image, mais aux enjeux, au scénario. On sent bien que le réalisateur n'a pas joué la facilité en demandant des images sales et volontairement laides pour ancrer d'emblée le spectateur dans une situation visuellement familière. Non, l'image est belle. 
L'histoire est très bien menée. La menace de fond plane, sans cesse. On a envie d'y croire pourtant, même si on ne voit pas bien comment les personnages pourraient s'en sortir tous indemnes. Et pourtant, pas de méchants-méchants ou de gentils-gentils parmi les personnages principaux. Ce serait trop facile. Et Elbé n'a pas choisi la facilité. Chaque protagoniste a sa nuance, sa faille, sa fragilité, sa force aussi. 
Le casting est parfait. Encore une bonne idée que de faire jouer à chacun un personnage qui n'est pas de la même origine que le comédien. Les Turcs sont joués par des acteurs d'origine algérienne, israélienne ou française. Les Arméniens sont joués par des acteurs d'origine algérienne ou marocaine. Les Arabes sont joués par des acteurs d'origine française ou arabe. Presque tous les acteurs sont bruns. Les seuls blonds jouent des rôles d'Arabes. Que cette absence de cliché fait du bien ! Car, oui, enfin, un film sur la banlieue sans cliché. Incroyable mais vrai. Tous les acteurs sont parfaitement justes. Mention très très spéciale à
Ronit Elkabetz, magnifique actrice dans ce rôle de mère. 
Enfin, c'est avant tout l'histoire du courage. Mais pas le courage du Super Héros qui a tous les pouvoirs et ne risque rien. Pas non plus le courage de Bruce Willis qui va sauver le monde. Non. Le courage simple, humain, à portée de main, mais, quand même, faut oser le saisir. Marguerite a dit que Pascal Elbé ne faisait pas dans la facilité ?

Commenter cet article