Crime d'amour

Publié le par Marguerite

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/73/19/49/19468088.jpgCrime d'amour de Alain Corneau. Voilà une réalisation qui claque. Froide, distante, la caméra se fait glaçante. Elle ne révélera rien avant l'heure, ne se montrera surtout pas docile au spectateur. 

Le scénario n'est pas en reste. On pense aux Diaboliques, de Clouzot, le côté flippant en moins. L'intrigue prend. Les ficelles se dénouent, une à une, avec tact, subtilement. Chaque rebondissement est comme le geste de l'effeuilleuse qui laisse apercevoir un nouveau pan de son anatomie. Il donne envie d'en voir plus. De savoir jusqu'où elle est prête à aller. 

Paradoxalement, comme devant une strip-teaseuse, on sait où elle nous emmène et pourtant la manoeuvre envoûte. Et l'on se prend au jeu, car, ici, la fin n'est pas garantie. Comme le rappellent les couleurs de l'affiche, on est dans le registre policier. 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/73/19/49/19194421.jpgLudivine Sagnier est méconnaissable ; enlaidie, engoncée, elle se tasse. Les costumes, la lumière, le maquillage, rien ne la met en valeur ; il ne faudrait surtout pas qu'elle ait quelque chose pour elle. Kristin Scott Thomas est terrifiante. Sèche, imperturbable, avec ce flegme britannique qui peut devenir si agaçant.

Une moche, une rigide. Et pourtant la séduction opère, dans les deux sens. Tout le film est construit sur l'idée du paradoxe. Car, comme le dit si bien un personnage du film, "Ce n'est pas parce que tout vous accuse que vous êtes innocente"...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lili 15/09/2010 16:44


tu sais pourquoi je dis ça ? J'ai trouvé que je lui ressemblais quand j'avais vingt ans, dans de nombreuses scènes...


Marguerite 15/09/2010 16:47







lili 15/09/2010 12:45


Presque d'accord sur tout, sauf que je suis moins enthousiaste. Quant à "la moche", je ne suis pas tout à fait d'accord, non plus, je trouve qu'elle s'enlaidit quand elle est en position
d'infériorité, face à KST, mais qu'elle iradie quand elle prend le pouvoir, même en prison.


Marguerite 15/09/2010 12:59



La filmographie de Ludivine Sagnier la propose tout de même nettement plus jolie que dans ce film. Exception faite de la séquence finale. Cela dit, elle n'est bien sûr pas repoussante, mais
sacrément amochée par rapport au potentiel de départ ! 



Parla 14/09/2010 04:17


Ta critique donne envie de le voir, ce film !


Marguerite 15/09/2010 11:49



Il passe par là-bas ?